Fruits Basket in love Rpg...

Forum RPG sur l'univers fantastique de Fruits Basket
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un fanfics, un vrais ^^

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Jeu 3 Avr - 10:40

Magnifique et ya Kyooooooooooooooooooooo
J'adore ton poème de fin ^^ Vivement la suite et encore désolée pour le retard fichu livebox, je poste la suite du roman ce soir normalement. Avec mon new PC à écran 21.6 pouces xDDDD
Revenir en haut Aller en bas
Indéterminée
Engloutisseur de mess
Engloutisseur de mess
avatar

Féminin Nombre de messages : 340
Age : 23
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Ven 4 Avr - 13:13

Merci, et WOUAHOU, pour la taille de l'écran XD, moi en face de mon dinosaure (Shaolan: Ce n'est même pas le tiens...), j'ai l'air d'être toute petite, enfin, c'est l'impression que ça me donne XD. C'est rassurent, ce que tu dis, car quand j'essaye d'écrire quelque chose de marrant, j'ai l'impression que c'est idiot, et quand j'essaye d'écrire quelque chose de profond, j'ai l'impression que c'est exagérai ou ridicule. Bref, vous me sauvez du "Bouhouhou, tout ce que je fais est nul TT_TT!!!".
Ce chapitre est. En fait je ne sais pas ce que je peux dire dessus. En résumer, si existe très certainement, il est très réel, je vous assure... C'est le...
Chapitre 18 :

Yuki était sur le chemin de retour, à vrais dire beaucoup plus détendu que la veille ou même le matin. Avoir passait un moment à l’air libre au milieu de verdure lui avait fait du bien, et à présent il rentrait donc, tenants à la main un panier contenant quelque légume que Tohru lui avait demandait. En réalité, il se sentirait encore mieux si il avait pu être réellement seul, sans tous les rats qui venait lui rendre visite presque à chaque fois qu’il sortait, mais, désireux de ne pas faire le difficiles, il marchait calmement, un petit sourire flottant sur ses lèvres. Il retenait les sombre pensés qui lui venait à l’esprit, sans réel difficulté en vérité, et il ne tarda pas à voir la maison un peu plus loin. Il pu voir l’adolescente qui occupait leurs maison, à genoux sur le pas de la porte, elle réparait la porte. Son sourire s’élargit, et il se permit de la regarder faire quelque seconde, profitant du fait qu’elle lui tournait le dos pour pouvoir le faire sans être repérait. Il fini par s’avancer, et, souriant, il salua la jeune fille quand il arriva à sa hauteur.
Yuki : - Salut, Tohru. Tu es toute seule ? Où sont les deux autres ?
Tohru, relevant la tête, un peu surprise : - Ah, Yuki-kun! Euh, bonjour… Je, euh, Kyo-kun et Shigure-san sont à l’intérieure, je crois…
Yuki : - Ah oui ?... Bon, je vais aller voir ça._ Lui fait un magnifique sourire._ - Si tu as besoin d’aide pour quoi que ce soit, dit-le moi, d’accord ?...
Tohru, rougissant un peu : - Ah, oui! Merci Yuki-kun!
Yuki sourit encore puis entra dans la maison. Shigure était bien là, assis à lire sont journal, mais Kyo n’était au moins pas dans la pièce. Cela convenait parfaitement à l’adolescent vu qu’il voulait parler à son aîné seul à seul, et il alla donc s’asseoir en face de l’écrivain. Voyant que celui-ci continuait de lire son journal sans daigner lever les yeux, il commença à lui parler pour attirer son attention.
Yuki : - Shigure…_ L’interpellait leva une seconde les yeux pour à priori voir qui lui parlait avant de recommencer à lire._ - …Shigure, j’ai à tu parler sérieusement, et depuis hier, en fait._ Le maudit du Chien replia son journal sur ses genoux et gémit avec un air de martyre.
Shigure, faisant semblant que Yuki le dérangeait grandement : - Tout l’univers va bientôt venir me demander des compte, si ça continu comme ça! Yuki-chan, pourquoi ne pas me laissait lire mon journal tranquillement ?...
Yuki, un peu fâchait : - Premièrement, enlève ce "chan" que tu à mit à la fin de mon nom. Deuxièmement, je veux te poser plusieurs questions, alors ton journal attendra.
Shigure, soupirant : - Bon, qu’elles sont tes questions ?..._ Il n’avait toujours pas l’air de prendre la conversation aux sérieux.
Yuki, bien décidait à avoir ses réponses : - Bon, par ordre chronologique… Tu sait ce que c’est que cette sensation étrange que ressente tout les maudits, n’est-ce pas ? Qu’elle est-elle ?
Shigure, toujours blagueur : - Oh, oh, une question à la fois Yuki-chan, euh, Yuki-kun! Tu es déjà en train de m’ensevelir! Oui, je sais ce que c’est, mais non, je ne te dirais pas de quoi il s’agit._ Yuki attrapa Shigure par le col avec l’air d’être dans une colère noir._ - Ca… Calme-toi un peu Yuki-chan…
Ce fut à ce moment que Kyo décida de descendre de sa chambre, où il s’était logé après sa dispute avec le maudit du Chien. Il entendit donc une fois en bas la réponse colérique du maudit du Rat.
Yuki, qui commencer à en avoir marre de la bêtise de son cousins : - Si tu ne cesse pas avec ce "chan" immédiatement, je te tue. Et si tu ne répond pas à mes question je vais te donner un coup dons tu te souviendra, crois-moi…
Shigure, qui commençait à en juger par sa tête à avoir un peu peur : - Yuki, calme-toi, s’il te plaît. Je blaguais, voyons…
Yuki : - C’est ça, tu crois que je vais te croire…_ Mais lâcha cependant son cousins et se rassit correctement en face de lui. Shigure affichait un sourire idiot et gênait, même si Yuki pouvait voir que sa menace avait était pris au sérieux. Cela l’arrangé, vu qu’il était sérieux, au moins pour la deuxième partie._ - … Bon, tu répond ?
Shigure : - Yuki, tu dois bien comprendre que je ne peux pas en parler n’importe comment… D’ailleurs je viens de refouler Kyo, si je te répondais, ce serait pris comme du favoritisme, et…
Yuki, l’interrompant : - Shigure, n’essaye pas de gagner du temps, c’est inutile. Répond, ou…_ Il fit craquer ses articulations._ - … Désoler d’être aussi brutal, Shigure, je sais que ce n’est pas dans mes habitudes, mais vois-tu, je suis assez à bout de nerfs, c’est dernier temps…
Ayant tout entendu, Kyo se tenait derrière la porte, passablement surpris par l’énervement du Rat, et se demandant surtout s’il devait entrer. Il était évident qu’en faisant ça, il tirerait Shigure d’un sacré pétrin, du moins pour le moment, et peut-être même qu’il embêterait Yuki, mais après sa discutions infructueuse avec l’écrivain, il n’était pas sur de vouloir l’aider.
Shigure : - Je vois ça, oui... Mais c’est un peu tôt… Je ne peux pas te le dire demain soir ?...
Yuki : - Hors de question. Tu le sais, il n’y a pas de raison que tu ne me le dises pas maintenant.
Shigure, essayant encore, et cette fois sans que Yuki s’en rende compte, de gagner du temps : - Mais c’est différent, moi je l’ai trouvé tout seul… Enfin, il y a un chien qui m’a aidait, mais au fond, je n’ai posé de question à personne… Si tu veux le savoir, tu n’as qu’a pensés à bien tout les maudits, l’un après l’autre.
Yuki, énervait : - Tu crois que je n’ai pas déjà essayait ?
Shigure, qui recommencer à se détendre, amusait : - Ah oui ? Tous ? A-tu bien pensé à Ritsu, par exemple ? Et à Hiro ?_ Yuki parus surpris._ - Tu vois, tu n’a pas pris ta tache au sérieux! Vraiment, Yuki-ch… Euh, Yuki, il ne faut pas bâcler quand ont veux vraiment obtenir un résultat. Recommence, peut-être trouvera-tu ta réponse…_ Il fit mine de recommencé à lire son journal, et Kyo, qui pensés que la discussion était terminé, entra au moment où Yuki recommencé.
Yuki, reprenant avant de voir son cousins entrer : - Au fait, pourquoi demain soir ? C’est à cause de…_ S’interrompe car il aperçoit le maudit du Chat. Il lui lance un long regard rempli de colère et de reproche, avant de se levait et de passer à côté de lui en lancent comme on lance une vieille chaussette._ - Je vais me coucher.
Kyo regarda Yuki, puis Shigure, puis dans la direction où Yuki était partit, avant de revenir encore sur le maudit du Chien qui lisait tranquillement son journal. Il se sentait un peu bizarre d’avoir interrompu involontairement leur discussion, mais qu’y pouvait-il à présent ? Il fini par placer.
Kyo, pas trop sur de lui : - Eh, elle est où Tohru?_ Shigure pointa l’extérieure du pouce sans cesser de lire._ - Bon, ben j’vais voir, alors…
Et il partit voir Tohru, sachant à la limite de sa conscience qu’il était entraînait comme tout les maudit dans la dernière valse du tourbillon de leurs souffrance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Ven 4 Avr - 14:01

Magnifique je ne sais que dire ^^ mais Yuki wahou je ne l'ai jamais vu comme ça lol il était vraiment énervé ^^
Et Kyo huuuuuuuuuuuuuum
Bref j'aime je dirais même plus j'adore ^^
Revenir en haut Aller en bas
Indéterminée
Engloutisseur de mess
Engloutisseur de mess
avatar

Féminin Nombre de messages : 340
Age : 23
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Lun 7 Avr - 14:48

(Houlà, j'ai pas était longe sur la description du chapitre la dernière fois -_-"""...... Je sais pas ce qui m'a pris... Je devais avoir honte de se chapitre...)
Thanks very much ^^. Ah, quand on me dit que même ce que je trouve nul est bien!...
Description, description... Eh bien... Cette journée du Dimanche dans ma fanfics et pour moi particulièrement ennuyeuse vu qu'il ne s'y passe... Pas grand chose pour ne pas dire rien, enfin, à peine... Je n'ai pas d'idée précise des événement avant d'écrire et je dois inventer selon le comportement des personnages FB. Lourds... Enfin, demain (dans la fanfics), ça iras mieux pour moi. Déjà, déjà, déjà, le chapitre 19...
Chapitre 19 :

Kyo arriva à côté de l’adolescente et la vit en train de finir de réparer la porte, avec l’air un peu triste, si il ne se tromper pas. Il se mit à genoux pas loin d’elle, et ne ce fut qu’à ce moment qu’elle le remarqua. De surprise, elle faillit lâcher la porte, qui ce serait probablement recasser sur le coup, mais heureusement elle tint, se contentent de dire, étonnait.
Tohru : - Kyo-kun! Je… Je ne m’attendais pas à te voir là. Enfin, je veux dire!!!!_ @_@._ - Ce n’est pas que tu me dérange, hein!! Tu, tu, tu, tu ne me déranges pas du tout, vraiment, vraiment pas!!
Kyo, presque inquiet : - Eh, oh, calme-toi! Y’a pas de quoi en faire un plat, quand même! Je me demandais juste ce que tu fichais là, j’te croyais en train de faire la vaisselle.
Tohru, se calment et se dégonflant un peu : - Ah oui pardon…
Kyo, gênait : - Nan, pourquoi tu t’excuse ?_ Met sa main devant ses yeux._ - Tu n’a pas besoin de t’excuser pour tout ce que tu fais… Je…_ Tohru le regarde avec l’air un peu surprise._ - … Je veux dire que, que tu soit là ou en train de faire la vaisselle, c’est pas grave, tant que tu reste là, enfin, je veux dire…_ Retire la main de ses yeux en s’énervant de ne pas réussir à formuler se qu’il voulait dire._ - …Enfin tu comprend !!!
Tohru, paniquant un tantinet : - Ah oui je suppose!!
Kyo attrape sa tête à deux mains durant un moment, avant de reposer l’un de ses bras et de regarder l’adolescente du coin de l’œil, rougissant tout de même un peu. Il fini par dire.
Kyo : - Alors, tu compte tenir cette porte dans ta main toute ta vie, ou on la remet en place ?
Tohru, à vrais dire un peu contente de changer de sujet, mais trop presser de tout faire pour contenter Kyo pour vraiment s’en apercevoir : - Je… Je compte la remettre en place, mais en fait elle n’est pas encore tout à fait réparait…
Kyo, lui très content d’enfin s’extirper de ce sujet gênant : - Ah ouais ? L’en manque pas grand-chose, alors… Laisse, j’vais le faire, j’en n’ai marre de rester les mains dans les poche, de toute façon…
Tohru : - Ah bon ?_ ^^_ - Merci beaucoup, Kyo-kun!
Là, derrière le mur, écoutait les oreilles indiscrètes de Shigure, qui avait momentanément cessait de lire son journal pour espionner les deux jeunes qui logeait dans sa maison. Un pale et triste sourire errait sur ses lèvres tendit qu’il entendait la réponse un peu trop forte et maladroite de son cousins : "Ben de rien!..."
Shigure : *Ah, moi! Je suis bien jaloux de vous! Vous qui pouvez vous trompez, pardonner, et finir par avancer. Par rapport à moi, qui n’ai qu’à attendre et espérer que le temps ne se soit pas trop écoulait._ Son sourire s’affermit, et, bien que personne ne le vit, la tristesse qui se trouvait dans ses yeux était sans pareille._ * Moi, cette fois-ci, je n’ai pas le droit de me tromper. Moi, cette fois-ci, je ne peux pas lui pardonner. Moi, cette fois-ci, c’est trop tard pour que j’avance.
Et il recommença à lire son journal, un sourire s’élargissant, la tristesse s’étouffant, pour finir par devenir tel qu’elle aurait aussi bien pu ne jamais exister, comme si jamais la souffrance n’avait atteint son cœur, quelle enserrait pourtant avec tant de cruautés.

Pavillon d’Akito.
Kureno avait fini par craquait, et c’était levait pour allait voir comment tout cela ce passait chez son maître. Sa décision un peu trop précipitait et irréfléchie n’eu heureusement pas l’occasion de faire des dégâts, vu que quand il arriva à proximité de la porte, Hatori était déjà sortit. Ses yeux semblait un peu perdus dans le vague, mais il avait l’air d’aller bien, et, pour le moment, Kureno voulait seulement qu’Akito n’ai pas mal pris que Hatori soit entrés et qu’il ne s’en soit pas pris à lui. Le médecin se rendit assez rapidement compte de la présence de son cadet et arracha ses yeux de la porte fermait pour lui rendre son regard.
Kureno, inquiet : - Tu vas bien ? Et Akito ?
Hatori, passablement surpris par l’attention de l’ex-maudit : - Moi, oui, je vais bien. Elle… Bien, elle faisait de la fièvre, mais avec les médicaments que je lui ai donné, ça devrait passer rapidement. Pour la jambe, c’est assez difficile à dire, mais disons que d’un point de vu optimiste, tout va bien._ Jette un œil vers la porte._ - Dit-moi, ce n’est pas que ça me dérange, mais si tu veux parler, pourrait-on aller autre part qu’ici ?
Kureno : - Ah, bien sur…_ Ils commence à avancer vers la sortie._ - … Elle n’était pas en colère que tu soit entrés ?...
Hatori : - Tu ferrais mieux d’arrêter de te faire autant de soucis pour elle, ça va donné encore plus à Shigure l’impression que tu t’accroche à elle… Non, elle n’était pas fâchée, elle avait même l’air plutôt contente que quelqu’un vienne la voir. A ce propos, elle ne dormait pas n’avait pas l’air d’avoir sommeille, j’aimerais que tu aille la voir ensuite, si tu n’a pas d’objection.
Kureno : - Dois-je y allez maintenant ?_ *Je ne veux pas y aller… Cela ne fera qu’augmenter la haine de Shigure, et je ne peux rien faire pour elle…
Hatori : - Non, elle peux attendre un peu…_ Puis il ajouta beaucoup plus bas._ - …Je vais essayer de faire quelque chose pour tout ça…_ Voyant que Kureno n’avait pas compris la totalité de ces dernière paroles et qu’il s’apprêtait à lui demander de répéter._ - … Hum, ce n’est rien. Laisse tomber. Mais je crois qu’il va vraiment falloir que j’aille me reposer avant demain, je commence à parler tout seul…
Kureno : - Cela vaudrait mieux. Tu… Tu mérite bien d’avoir du repos._ Le voyant arriver à la porte et commencés à sortir._ - Hatori… Merci beaucoup._ Hatori tourna la tête vers lui avant de partir, et le vit s’incliner. Pour lui, il n’avait aucune raison d’être remercié, et il répondit, juste avant que la porte se referme complètement.
Hatori : - Ce n’est rien. Je n’ai absolument rien fait qui mérite un remerciement. Je ne suis actuellement qu’un pion qui joue son rôle dans un bien sinistre jeu.
Kureno se redressa mais ne suivit pas le médecin. C’était tout à fait inutile, de plus qu’il devait aller voir son chef, à présent.
Kureno : * Un jeu ? Mais qui joue ? Alors que nous souffrons tous de nos propres décisions, alors que le bonheur repart tout aussi vite qu’il est arrivait… Un jeu ? Il y a-t-il quoi que soit d"amusant" dans cette situation ?...

(Sa fait un moment que j'y pense ^^... Comme j'ai tendance à critiquer tout ce qui ne va pas, ou que ce soit, je me suis dit que je pourrais faire ma propre "critque" sur la fanfics ou je "commenterais" à travers les personnes de 333, Shaolan, et Moi. Question blague, ce ne serons pas des critique sérieuse... A me dire si ça vous intéresse...^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Lun 7 Avr - 18:24

J'aime bien ^^ et pauvre Kyo il n'est ps doué pour parler aux femmes comme on dit ^^
Revenir en haut Aller en bas
Indéterminée
Engloutisseur de mess
Engloutisseur de mess
avatar

Féminin Nombre de messages : 340
Age : 23
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Ven 11 Avr - 12:37

Ouais, pas doué, mmm... Enfin, je suppose que psychologiquement parlent, on peut dire que Kyo est "mignon"... En fait ça fait un moment que j'essaye de trouver pourquoi tout le monde l'adore... Bien, rhmm, si on me demander ce que j'apprécie chez Akito ou Yuki, j'aurais du mal à répondre, alors je pose pas de question -_-""""...
Chapitre... Ouhahou, quand même XD... 20, et dire qu'au début, je pensait pas dépasser les 10/15. En tout, cas, Brraahh Xl, que les jour sont long! Quand même les chapitre qui tourne autour d'Akito on l'air long à écrire, c'est vraiment que l'ennuies est devenu officiellement votre colocataire Xl. Bof, enfin, j'aime bien quand même... Allez j'arrête là mon monologue (333: Peut-on vraiment appeler ça comme ça vu que tu écrit Confused ?), nous voici au...
Chapitre 20 :

Quand Kureno entra dans la chambre d’Akito, celui-ci était assis sur son lit, tenant entre ses doigts une boîte noire de taille moyenne. Ce n’était pas la première fois que Kureno la voyait, mais tout de même, cela faisait un moment. Ce fut un autre fait qui l’inquiéta légèrement : Akito ne sortait cette boîte que quand il avait des problème, mentalement parlent. Celui qui fut un Dieu leva les yeux vers le nouveau venu, et celui-ci put voir qu’il pleurait, doucement.
Akito, presque sèchement : - Ah, c’est toi._ Il se leva et alla ranger la boîte noire à la contenance inconnu de l’ex-maudit, avant de se tourner vers lui et de dire d’une voix plus basse et plus douce._ - Approche-toi._ Puis il alla se rassoire à la place précédente, suivit malgré ses récente réticence par Kureno. Assit tout deux, Akito s’appuya contre son aîné avec un long soupire, les larmes coulant encore de ses yeux fermé.
Kureno, le plus gentiment et naturellement que sa gêne et sa réserve le lui permettait : - Tout va bien ?...
Akito, yeux fermé : - Tu est si répétitif avec ça! Comme si tout pouvait un jour allait bien!_ Il ouvrit les yeux et resta silencieux un moment puis il reprit d’un ton quelque peu lointain._ - … Oh, à toi, je peux bien le dire… Demain sera la fin de tout, pour moi. Que les douze soit odieux avec moi ou qu’il rampe à mes pieds ne changera rien à cette vérité… Demain, tu seras libre d’aller ou tu veut et de faire ce que bon te semble, tu es heureux ?
Kureno, après avoir ouvert et fermait la bouche deux fois sans émettre un son : - Non… Je ne peux pas être vraiment libre et heureux si je sais que vous n’avez rien ici…_ Akito partit d’un petit rire sans joie avant de se retourner vers lui et de répondre.
Akito, d’un ton don on pouvait sentir le désespoir derrière le mépris : - Tu ne comprend rien! Demain, je mourrais! Quoi qu’il se passe! Sans les maudits, la vie ne représente rien, pour moi!..._ Il sourit devant l’air surpris et quelque peu horrifié de Kureno, les larmes débordant de plus belle de ses yeux._ - … Alors, je suis près, tout à fait, à mourir pour que les maudits reste à mes côté!!
Kureno, de plus en plus perplexe et affolé : - Mais… Cela n’a pas de sens! Si vous mourrez, aucun maudit ne pourra jamais rester à vos côtés! Croyez-vous vraiment que c’est cela qu’ils désirent ?...
Akito, souriant et pleurant : - Je me fiche de leur désires! Vivant, il est évident que personne ne veut plus de moi! Mort, au moins j’ai une chance de laisser ne fusse qu’un bon souvenir! Je ne demanderait qu’une chose : Qu’il reste tous près de moi! Et ensuite je mourrai! Comme ça ils seront tous restait près de moi jusqu’à la fin! J’en ai assez de cette mascarade, et c’est tout!
Kureno, les yeux écarquillait d’horreur et d’incrédulité, en un souffle : - Vous ne pouvez pas faire une chose pareille!
Akito, se logeant entre les bras de Kureno, toujours dans le même état : - Bien sur que si, je peux le faire! De toute façon, Hatori ne cesse pas de le dire, je suis extrêmement fragile! Qu’est-ce que ça pourrait bien changer, que je crève d’une maladie ou de moi-même ? Qui est-ce qui pourrais bien me regretter ?
Kureno, serrant son cadet dans ses bras, sentant que ses mains se mettaient a tremblait : - Vous ne devait pas faire ça! C’est… C’est absurde! Nous vous regretterons tous! Et…_ L’image de Shigure s’imposa à lui._ - Et Shigure ?... Maudit ou non, lui, il…_ Mais il fut incapable de continuer, car même si sa pensés était clair, c’était les mots qui calaient douloureusement dans sa gorge.
Akito, perdant un peu de son sourire et répondant de toute ses force à l’éteinte de son cousin : - Shigure! Vous revenez toujours là-dessus! Et bien je vais te dire! Shigure et moi, c’est fini, et si n’ai pas depuis très longtemps, c’est depuis que je me suis libéré! Jusqu’à ma libération, vous étiez toujours autours de moi, à m’empêcher de réfléchir! Mais maintenant, j’ai comprit à qu’elle point mes sentiment pour Shigure sont ridicule et vains!! Vains!!! Si un jour il m’a aimait, c’est fini, maintenant, et c’est inutile d’espérer qu’il revienne vers moi!!
Kureno, à qui les mots commencé à revenir : - Non… Shigure vous aime!! Il vous aime de tout son cœur!!_ Les larmes lui montèrent aux yeux._ - Ni lui, ni personne ne souhaite votre mort!! Personne!!
Akito, riant à travers ses pleures : - Si! Moi! Je souhaite que cette espèce de souffrance continue qu’on appelle la vie et qui se fini toujours par la mort se termine au plus vite!! Et ne t’en fait surtout pas pour Shigure! J’aurais le temps d’une journée pour savoir ce qu’il pense de moi!... _ Il se calma un peu et desserra son étreinte._ - …Je l’ai promit à Hatori, de toute façon. Je vivrais le temps de connaître ses sentiments, cela me permettra au moins de ne pas avoir de doute, dans «L’Autre Lieu»…_ Il repoussa un peu Kureno qui cherchait les mots exacte pour répondre, et déposa un baiser sur ses lèvres._ - …C’est probablement le dernier. Soit heureux, et arrête de te faire du souci pour tout ce que tu vois!..._ Son aîné ouvrit la bouche pour répondre, mais il fut plus rapide et enchaîna._ - Ne parle pas! Si tu parle, tu va le regretter, crois moi! Je ne te fais plus confiance, vu que je t’ai entendu parler avec Hatori malgré mes ordres. En plus, tu laisses entrer qui le veut, à croire que tu ne m’écoutes pas!_ Il secoua la tête avec ce qui ressemblait à de l’exaspération._ - Tu va rester avec moi aujourd’hui, je t’aurais à l’œil, c’est inutile que tu aille crier sur tout les toit ce que tout le monde saura bientôt. Et tu n’as pas le droit de dire un mot, tu m’entends ? Un seul mot, et tu me précédera dans mon voyage!
Kureno hocha la tête. Il avait tout à fait compris ce qu’Akito voulait dire, et en vérité, il trouvait que si il pensait réellement au suicide, il était normal qu’il ne veuille pas que cela se sache. Akito se recoucha, tenant la main de son aîné entre les deux sienne, sans vraiment d’émotion sur son visage, si ce n’était les larmes qui ne cessait pas de coulait sur ses joue. Kureno leva lui les yeux vers la fenêtre, et, sans qu’il sache quoi exactement, il se mit à attendre quelque chose de très particulière, même si il ignorait si cette chose confuse viendrait à temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Mar 15 Avr - 12:45

Magnifique!
C'est la seule chose qui me vient à l'esprit ^^
Revenir en haut Aller en bas
Indéterminée
Engloutisseur de mess
Engloutisseur de mess
avatar

Féminin Nombre de messages : 340
Age : 23
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Mar 15 Avr - 17:12

:')
Bon, le chapitre 21. J'ai envie de dire des grossièreté, ne vous inquiétez pas c'est pas à cause de l'écriture, c'est que parler (333: écrire !! Je vais me vanger du numéro que tu m'a donné en parlant de tout ce que tu dira, niarkniaarrk!!) avant de poster un chapitre commence à me saouler -_-"""... Je sais que personne me force et que je pourrais arrêter -_-""... Mais j'ai pas envie -_-. C'est n'y rien comprendre, j'étais de bonne humeur il y a cinq minute -_-. Mais bien sur tout le monde s'en fiche, venons-en donc au chapitre!
Chapitre 21 :

Hatori rentrait chez lui. Le remerciement de Kureno lui restait en tête de façon tout à fait désagréable, et sa fatigue l’empêchait de mettre un peu d’ordre dans ses pensés. Il regarda les feuilles sur son bureau et hésita entre le repos que son cadet avait jugeait mérité et l’envie de classer tout ça. Il finit par s’assoire à son bureau, mais en fermant les yeux pour se qu’il espérait être seulement quelques seconde, sa tête tomba sur le dossier et il s’endormi profondément sans même s’en rendre compte.

Maison de Shigure.
Yuki n’avait pas fermait l’œil. Il commencés d’ailleurs à en avoir assez de se retourner comme un crêpe dans son lit depuis ce qui lui semblait des heures. Il avait entreprit de bien pensait à tout les maudits, mais l’impression que Shigure c’était moquait de lui était trop forte pour qu’il puisse le faire sérieusement. Il se retourna une fois de plus en cherchant le sommeille qu’il ne devrait pourtant pas avoir de mal à trouver, en prenant en compte de sa ressente insomnie. Peut-être était-ce l’énervement contre Shigure qui tournait autour du pot et contre Kyo qui avait interrompue leur discutions. Peut-être était-ce qu’il avait soif. Où peut-être était-ce, encore une fois, dû à cette étrange sensation. Quand cette pensés lui vint, Yuki en eu vraiment marre et se leva, car si, décidément, il ne parvenait pas à s’endormir, restait coucher ne lui disait rien. Il se changea et descendit voire ce qu’il se passer en bas. Il retrouva Shigure, encore assit à lire son journal, se qui laissa Yuki pensait qu’il le relisait ou qu’il faisait semblant de le lire, mais ni Kyo ni Tohru n’était dans la pièce.
Yuki, s’adressant à Shigure à défaut d’autre personnes : - Où sont les deux autre, Tohru et l’idiot de chat ?
Shigure, levant la tête vers Yuki en souriant : - Ah, Tohru et partit faire le linge après avoir réparait le porte, et Kyo qui était et train de discuter avec elle la suivit._ Il rigola devant le légers froncement de sourcils de son cadet._ - Tohru n’arrête pas de courir partout, aujourd’hui. Elle fait tout à toute allure, comme si elle voulait ranger le monde entier ce Dimanche. Va-y, si tu veux, un peu d’aide sera bienvenu ^^!
Yuki, secouant la tête : - Ce n’ai pas ça le problème… C’est bien si Kyo reste près d’elle, mais…_ Shigure hausse les sourcils._ - Non, laisse tomber, je m’en fait trop pour un rien, probablement._ Il se retourna et commença à partir à la rencontre des deux autre adolescente.
Shigure, souriant d’une étrange façon et reposant ses yeux sur son journal : -… Dans un sens, oui, Yuki, il vaut mieux que tu ne t’en fasses pas maintenant…
Le jeune homme lui jeta un regard vaguement interrogateur, mais l’écrivain étant déjà abandonné la discussion, il continua sa route en essayant de se dire que ce ne devait être encore qu’une blague de mauvais goût de la part de son cousin. Il arriva là où était Kyo et Tohru, cette dernière occupait à étendre le linge et à parler joyeusement à un Kyo aux joues rosit qui répondait de temps à autre par monosyllabe. Il soupira et s’approcha de Kyo par derrière, sans ce faire remarquer vu que Tohru avait momentanément la vu bouchait par un draps, et posa sa main sur la tête de son cousins, ce qui, bien que fait sans brutalité, lui fit faire un bon de dix centimètre.
Kyo, énervait, se retournant pour faire face au maudit du Rat : - Mais t’es fou ?!? Qu’est ce que tu *** là d’abord ?!!
Tohru, regardant de l’autre côté du drap et voyant Yuki : - Yuki-kun!_ Elle regarda Kyo qui avait une main posait sur la tête, jetant à son cousins des regards furibonds, et Yuki, avec l’air calme et légèrement de s’ennuyer, les bras croisait._ - Euh… Qu’est-ce qui ce passe ?...
Yuki, d’un ton tout à fait détachait, parlant à Kyo : - C’était amical… Idiot de chat…_ Puis il se retourna et commença à repartir.
Kyo, qui c’était défait un instant de son air énervait pour passer à la surprise, avant d’exploser à nouveau : - Amical ?!!?? Bien ce que je pensais, t’a pété un câble, le sale rat!!! T’était pas sensé dormir, actuellement ??!_ Voyant que son interlocuteur ne daignait ni s’arrêter ni répondre._ - Mais tu fuis ??!!!_ Et il fonça vers lui.
Tohru, que personne n’entendit réellement : - Ah non, Kyo-kun, il ne faut pas…_ Elle fut interrompu par le coup de pied que Yuki donna au maudit du Chat à la mâchoire, mais, cependant, celui-ci ne devait pas être vraiment fort vu qu’il ne fit que reculer Kyo d’un ou deux pas.
Yuki, qui, à en juger au ton, s’énervait un peu : - Oui, amical… Et non, je ne suis pas fou… Si tu n’étais pas aussi aveugle et stupide, tu comprendrais pourquoi…_ Puis il se tourna vers Tohru avec un petit sourire, comme pour la rassurer.
Kyo, mi-perplexe, mi-furieux : - Mais qu’es-ce que t’a ?! C’est ça que t’appelle un coup de pied ?!!
Tohru, très gênait de la suite des évènements : - Mais, euh…_ Décide d’essayait d’apaiser Kyo._ - … S’il te plaît, calme-toi, Kyo-kun… Je, enfin, ça ne sers à rien de s’énervait comme ça…
Kyo, abandonnant un peu de sa colère pour être encore plus perplexe : - Ouais… T’as peut-être raison…_ Il regarder Yuki presque comme si c’était un extraterrestre, et celui-ci lui redit un regard qui s’approchait presque du compatissant.
Yuki, parlant à Tohru d’un ton tout de même un peu hésitant : - Hem… Je peux vous aidez?...
Tohru, un peu surprise, mais souriant gentiment : - Ah! Je, oui, enfin…_ Elle regarda le panier à linge presque vide._ - Il ne reste pas grand-chose à faire de ce côté-là, mais…
Yuki, souriant gentiment : - La fenêtre que Haru à cassé à était réparé ? Je peux m’en chargé, si ça te fait gagné du temps.
Tohru, toute souriante : - Ah, merci beaucoup Yuki-kun! Toi et Kyo-kun, vous êtes vraiment gentil avec moi ^^!
Yuki sourit et dit que se n’était rien avant de partir. Kyo regarda ses échanges de paroles sans rien ajouter.
Kyo, les regardant : *Mais à quoi il pense, ce sale rat ?! Depuis quand il essaye d’être… "Amical" ?!! Et ce regard presque compatissant… C’est ça, il est encore en train de se moquer de moi!! Encore en train de jouer les supérieurs!! Mais je le vaincrais!!
Et il lança à Yuki qui partait un regard emplit de haine, sans que celui-ci s’en rende compte le moins de monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Sam 19 Avr - 14:36

Eh bien que de rebondissement lol, ils sont bien remonté tous mais aussi très stressé ^^
Kyoooooooooooooooooooooooooooooooooo <3
Revenir en haut Aller en bas
Indéterminée
Engloutisseur de mess
Engloutisseur de mess
avatar

Féminin Nombre de messages : 340
Age : 23
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Ven 25 Avr - 20:14

Rebondissement? Des rebondissement? Où ça oo?
Comme je l'ai déjà dit ailleurs, mon internet m'a fait faut bon durant deux jour. Cela ne m'a pas empêchait d'écrire pour autant, bien au contraire. En réalité, au moment au je post ceci, le chapitre suivant et déjà presque terminer, et il est étrangement moins pénible d'écrire quand on à pas internet. J'espère que cette expérience inattendue auras une influence bénéfique sur mon psychique (Moi, je parle bizarrement? Mais non, mes sœurs, quel drôle d'idée). Donc, j'ai parlais (333: écris - -. Tu sais que tu es énervante à corriger, à la fin? Moi: C'est normal, j'attends que tes nerfs lâche...) durant à peux prêt le temps (333: C'est pas plutôt "la longueur"?) habituel sans, ou presque, parler du chapitre, donc voici le chapitre 22.
Chapitre 22 :

Hatori se réveilla au chant d’un oiseau à proximité. C’est yeux s’entrouvrir pour regarder sa montre, et il dut vraiment lire l’heure une dizaine de fois pour croire ce qu’elle affichait. Deux heures de l’après-midi.
Hatori : *C’est pas vrais, j’ai dormi tout ce temps -_-?... Sur une chaise, en plus ?..._ Il se leva et défroissa un peu sa veste, mais peine perdu pour avoir l’air présentable, en réalité. Il soupira et regarda les papier toujours quelque peu éparpillait sur son bureau_ *J’ai pris du retard… Bon, je n’ai pas déjeunait…_ Re-soupir._ *Je mange et je m’occupe de tout ça.
Il se leva et partit, l’esprit encore ensommeillait, continuer la journée comme si ce n’était qu’une minute parmi les autres, au milieu d’une heure des plus normal, elle-même faisant partit d’une journée qui n’avait rien de spécial. Mais cela pouvait-il vraiment être le cas quand on est au bord du gouffre ?...

Pavillon d’Akito.
Kureno contraint de ne pas parler, Akito c’était également plongé lui-même dans une sorte de mutisme. C’était lui qui avait était cherchait une servante pour leur repas, et autorisait celle-ci à le voir, car il voulait gardé "un contacte avec l’extérieur", et Kureno étant "inutilisable"… En réalité, il avait dû déployer de gros effort pour y allait, comme à chaque fois qu’il se déplaçait, en raison de sa jambe blessait. Mais il ne se demandait pas encore comment il ferrait le lendemain, même si la question se posait. D’autres sombres choses lui occuper l’esprit. Quand l’anciens Dieu posait une question à son aîné, celui-ci ne pouvait qu’hochait la tête en signe d’approbation ou de négation, voir hausser les épaules, sans désobéir à son maître. Pourtant, il y avait entre les deux ex-maudits une tentions palpable : Akito semblait le défié du regard de parler, de lui désobéir. Pourquoi était-il encore là, d’ailleurs ? Pourquoi lui obéissait-il encore alors qu’il avait toute les raison de ne pas le faire ? Cela n’avait aucun sens de restait silencieux et patient quand quelque chose aussi important qu’une vie était en jeu! Et sa vie ne représentait rien, pourquoi obéir ?... De telles pensait occuper à se moment l’esprit d’Akito. Il jetait donc des regards emplit de reproche à l’égard de son aîné, emplit d’une certaine interrogation colérique, aussi. Mais celui-ci n’y répondait qu’en fuyant des yeux et en baissant la tête. Kureno, de son côté, s’en voulait encore et encore de ne pouvoir rien faire. Il ne voulait pas trahir encore son chef! Mais c’était en restant près de lui et en lui obéissant qu’il c’était attirait les foudre de Shigure… Il était restait alors que tout le poussait à partir, et aujourd’hui, tous le haïssaient, il était maintenant avec un pied de chaque côté. Mais pouvait-il abandonné Akito, le laissait seul alors qu’il avait tant besoin d’aide, au point de vouloir la mort ? Mais pouvait-il restait fidèle à son chef alors qu’il ne croyait plus en lui, alors qu’il ne voulait plus de lui ? Des questions qu’ils se posaient à eux-mêmes sans les prononcés, comme une discussion qui ne c’était jamais engagé que dans leurs propres esprits, sans que les mots ose, ne fusse qu’une fois, franchir la barrière de leurs lèvres.

Maison de Shigure.
Même dans son bureau, le maudit du Chien n’était pas vraiment tranquille. En effet, Tohru avait involontairement entraînait Kyo et Yuki dans son rangement fou de la maison. Ce n’était pas la saison pour un grand nettoyage de printemps, bon sang… C’était à peine si les jeunes c’était arrêtait pour manger avant de retourner au travail ! Rien qu’une telle activité le fatiguer… Dans un sens, cela avait des bon côté, tout de même : cela détournait leurs attention de leurs sensation bizarre et de la réunion, mais n’y avait il aucun moyen moins bruyant de parvenir à ce résultat ?... Il soupira. Demain, il aurait de la chance s’il parvenait à restait en un seul morceau après que son initiative d’invité Tohru soit découverte. Par Kyo, Yuki, Akito lui-même ou encore Hatori ne changerait pas grand-chose… Il serait dans un sale état de toute façon, mieux valait ne pas pensait au malheur !
Shigure : *Que serra, serra !... Si seulement ils pouvaient faire moins de bruit, que j’écrive tranquille, se serrais parfait !_ Soupir et sourit._ *Parfait, si on peut dire… Il faudrait encore beaucoup d’autre choses pour que se soit parfait, mais disons que c’est un bon début…_ Son regard se fit sérieux et penseur._ *Un bon début… Pour la Fin…
Ces pensés furent la interrompus par trois coup légers à la porte. Il reconnus tout de suite Tohru, car si il arrivait un jour de toquer au deux autre occupant, se ne serait certainement pas des coup aussi délicats. Il effaça de son visage toute trace de préoccupation et dit joyeusement.
Shigure, jouant l’idiot heureux, comme à son habitude : - Entre, Tohru-chan ^^!
Tohru, passant timidement sa tête par la porte : - Euh, merci… Comment saviez vous que c’était moi ?
Shigure, content : - Je l’ai devinait ^^!
Tohru, entrant, impressionnée : - Oohhh… C’est impressionnant ! C’est même incroyable !
Shigure, trouvant que faire semblant de draguer Tohru quand ses cousins n’était pas là ne présentait pas grand intérêt : - Mmm… En effet ^^ ! Mais tu es venu pour quoi ?
Tohru : - Ah, oui, j’était venu pour savoir, euh… Si vous vouliez que je range un peu ici…
Shigure, qui, pour résumer sa pensés, voulait tout sauf ça : - Oh, non merci ! Mais reste donc ! On pourra précisez certain point de demain, et tu pourra dire aux garçon que tu ranger…_ Tohru rougit au souvenir de leur précédente discussion. En plus, elle avait sérieusement l’impression qu’elle allait devoir faire un gros mensonge, et même sans compter qu’elle ne savait pas mentir, cette idée la dérangé jusqu’au plus profond d’elle-même. Shigure, voyant son trouble, ajouta doucement avec un sourire manipulateur._ - Il y a un problème Tohru-chan ?...
Tohru, rougissant encore plus : - Non… Qu’y… Qu’y a-t-il à préciser ?...
Shigure : *Oui, aujourd’hui il est beaucoup trop tard pour douter ou réfléchir. Il est trop tard même pour penser. Il faut agir et avancer, et c’est tout! Tout miser, pour tout perdre… Ou tout gagner!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Sam 26 Avr - 15:18

Bien ^^ j'aime, mais j'aime toujours ^^ de toute façon, je suis mordue je n'y peux rien ^^
Revenir en haut Aller en bas
Indéterminée
Engloutisseur de mess
Engloutisseur de mess
avatar

Féminin Nombre de messages : 340
Age : 23
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Dim 27 Avr - 22:01

'Rci, t'es gentille, dit-donc... Je vais commencer à croire Shaolan dans ses doux délire, si ça continu comme ça...
Oh... Miracle, je vois un miracle qui se profile à l'horizon... Mais peut-être qu'il est juste là pour me dire une demi-tonne de grossièreté et fichez le camp, qui sais... Quoi qu'il en soit, je crois apercevoir là un peu d'action dans cette fanfics qui traine la patte depuis quelque temps, déjà... Oh, avant que j'oublie. Il est peut-être vrais que c'est dernier temps, je râle, je tempête, je dois faire des effort pour mettre des smillies joyeux dans mes post, et j'écrit dans mon coin des texte pessimiste et dépressif. Pardon pour tout ça, je traverse une crise de mauvaise humeur absolument pas dû à vous. Désoler encore. Allez, gros effort...
C'est tout se que je peu faire, question bonne humeur, pardon. Bon, passons au chapter.
Chapitre 23 :

Cela faisait un moment, maintenant, qu’ils rangé comme des frénétique. C’était loin de gênait Yuki, même si il avait bien compris que s’il faisait ça, c’était uniquement pour s’occuper l’esprit avec quelque chose de plus réelle et plus simple que, par exemple, le futur. Il avait remarquait ressemant un autre fait légèrement inquiétant et auquel il ne voulait pas penser : la sensation bizarre, qu’il ressentait depuis plus d’une journée à présent, ne le hantait plus. Elle ne c’était pas vraiment atténué, mais il s’y était habituée. Elle faisait presque entièrement partit de lui, ce n’était plus une nouveauté, quelque chose qu’il fallait repoussait, non, c’était à présent une sensation semblable à la malédiction elle-même : quelque chose de pénible, mais auquel on ne prêtait plus aucune attention tant elle était devenu naturel. Il avait donc comprit que, bientôt, il ne pourrait plus du tout définir cette sensation.
Yuki, énervait : *Oh, et puis ce n’ai pas grave ! Il ne faut pas que j’y pense, c’est tout ! Voyons, où est Tohru ?..._ Il regarda autour de lui, mais ne vit que Kyo._ *Je vais la chercher moi-même, ou… ? Allez, allons-y._ Il soupira et s’adressa à son cousins._ - Eh, Kyo, tu sais où est Tohru ?_ Kyo le regarda, méfiant, voir haineux. La demande était poli et neutre, mais Kyo, lui, était énervait depuis cette fameuse tape "amical" qu’il n’avait toujours avalé. Il rangea les objets qu’il avait dans les mains avant de dire sans cacher sa colère.
Kyo, dont la voix était remplit de haine : - T’a qu’à aller la chercher toi-même!
Yuki, auquel le ton du maudit du Chat déplaisait au plus haut point : - C’est un plaisir de te demander quelque chose, comme d’habitude… Baka neko (Idiot de Chat)!
Kyo, explosant : - Qui est-ce que tu traite de baka neko, le sale Rat ?!!
Yuki, méprisant, défiant : - Tu vois quelqu’un d’autre ici, baka neko ?...
Kyo, laissant sortir sa haine : - Toi, le sale Rat !!! Ça t’amuse de regarder les autre de haut !! Je vais t’éclater la tête, toi et ta maudite "amitié" !!
Yuki, avec un soupir : - C’était donc ça…_ Kyo saisit le maudit du Rat par le col.
Kyo : - Je te détesterais jusqu’à la fin de ma vie !! Je ne veux pas de ta maudite "amitié", elle me dégoûte, comme tout se qui viens de toi!!
Yuki, avec une pointe de regret là exprès pour agacer encore plus son interlocuteur : - Si seulement tu avait une once de cervelle, tu pourrais comprendre…
Kyo, lâchant son cousins pour crier presque ses mots : - Comme si je cherchait à te comprendre !!! Toi, le sale Rat, je ne pourrais évidement jamais te comprendre !!..._ Tohru descendit à se moment les escalier, inquiète à cause du bruit, et entendit tout se que disait Kyo, même si, sur le moment, aucun des deux hommes ne la vit._ - …Mais un jour, je te battrais, et je serais enfin reconnus comme un membre des Douze !! Je ne serais plus un monstre pour personne !! Je ne sais rien de la réunion de demain, mais ensuite, je sais que je te battrais !! A plate couture !!
Yuki, froidement, avant de remarquait Tohru : - Je suis le RAT, et tu est le CHAT. Et tant que ce sera comme ça, tu ne me battras jamais._ Puis il vit un mouvement du coin de l’œil, tourna la tête et vit Tohru.
Kyo, en réponse, avant de voir Tohru : - Tu le verra bien, que je te battrais !!_ Yuki fit discrètement signe à Kyo de se taire, et Kyo, surpris, tourna la tête pour lui aussi voir l’adolescente qui les regardait, inquiète.
Yuki, gênait qu’elle est surpris leur dispute : - Hem… Je… Je me demandais où tu étais…
Kyo, regardant ailleurs : - Ouais…_ Regard interrogateur de Yuki._ - … Il y à un bon quart d’heure!
Yuki, le foudroyant du regard : - Il faut dire qu’il m’a était d’une grande aide, et que sa coopération m’a était précieuse…
Tohru, intervenant dans la discussion, inquiète : - Aah, ah, vous n’allez pas vous battre, au moins ?!
Yuki, regardant Tohru en souriant gentiment : - Bien sur que non, ne t’en fait pas, Tohru…_ Il jeta du coin de l’œil un regard provocateur à son cousins_ - … A quoi ça servirez, de toute façon, vu qu’il perd à chaque fois ?
Kyo, tournant lentement la tête vers l’autre maudit, le regard brûlant de haine : - Tu veux voir qui va perdre, le sale Rat ?...
Tohru, pas très fort : - Ah, non, surtout pas…
Yuki, toujours provocateur : - Pourquoi je me fatiguerait, vu que je le sais déj…
Une voix, l’interrompant : - Arrêtez ça, vous deux ! Vous ne voyez pas que vous traumatisez Tohru-chan, avec vos bêtises ? Rahlala…
C’était Shigure, qui venait juste d’arriver derrière Tohru. Les deux adolescents se retournèrent pour regarder la jeune fille, qui rougit encore plus qu’elle ne l’était déjà, car elle était déjà assez rouge à cause de la proximité de Shigure dans son dos. Troublait d’avoir continuait à se chamailler avec son cousin même en la présence de Tohru, Yuki ouvrit la bouche, mais il entendit, avant de prononcé un mot, Kyo dire.
Kyo, fâchait, mais contre Shigure, cette fois : - Eh, Shigure ! Eloigne-toi d’elle tout de suite, c’est toi qui la gêne, là !
Yuki le regarda, interrogateur, mais le maudit du Chat ne s’en aperçut pas. Il n’était pas faut que l’écrivain était un peu trop proche de la jeune fille, mais d’habitude il n’était tout de même pas si nerveux… Et ça, à coup sur, ça caché quelque chose.
Shigure, s’éloignant de Tohru en soupirant : - Ah, tu peu te vanter d’avoir un prince charmant près à tout pour te protéger, petite Tohru-chan…_ Celle-ci devint rouge comme une tomate.
Kyo : - Non mais ça va pas la tête ?!
Yuki, ignorant tout à fait le maudit du Chat : - Shigure, qu’est-ce qui c’est passait, avec Tohru ?_ L’écrivain mit sa main derrière sa nuque avec un air faussement gênait tout à fait débile.
Shigure : - Eh bien, on était tout les deux, seuls, dans mon bureau… Faut-il que je continu ?
Yuki, atterré : - Shigure, tu est complètement débile -_-«««…
Il le regarda bien en face et Shigure vit une colère à laquelle il ne s’attendait pas. Il se retourna ensuite et commença à partir, sans rien ajouter de plus.
Tohru, inquiète pour le jeune homme : - Euh, Yuki-kun ? Ça va ? Où va-tu ?
Yuki, juste avant de fermer la porte, d’un ton qu’on sentait essayer d’être gentil sans y parvenir : - Je serais rentrait pour le dîner.
Shigure, à Tohru, qui était toujours inquiète : - Laisse-le, il c’est énervait pour rien, mais il iras mieux bientôt, après avoir pris un peu l’air frais ^-^._ *Je ne sais pas exactement ce qui lui fait mal, mais il vaut mieux ne pas se fatiguer maintenant a s’occuper de blessure que le temps peu guérir sans notre aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Dim 27 Avr - 22:24

^^ que dire d'autre lol
A part Kyoooooooooooooooo
Revenir en haut Aller en bas
Indéterminée
Engloutisseur de mess
Engloutisseur de mess
avatar

Féminin Nombre de messages : 340
Age : 23
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Ven 13 Juin - 21:40

Si ça faisait pas des siècle XD!!
Je me sens mieux ^^ (évidement, après tout se temps), et je vais donc recommencer à poster ici les new Chap', même si pour le moment il n'y à que celui-là de fait ^^. Je précise pour ceux qui ne vont pas sur l'autre fow, même si ça n'intéresse personne: 333= Nhan. A prononçer: nahanne. Bon, le chap', maintenant...
Chapitre 24 :

Cela faisait un moment que plus rien ne bougeait, mais la tentions était la même. Le regard brulant, Akito fixait son aîné, appuyé contre son épaule, cherchant vainement à croiser son regard, et, tenant sa main, Kureno, la tête à moitié tournait vers une autre direction, essayant visiblement d’échapper à l’affrontement en affichant un air coupable.
Akito : - Kureno…_ Pas de réaction, si ce n’est un tressaillement._ - … Kureno… Est-ce que tu m’aimes ?
L’ex-maudit du Coq tourna vivement la tête vers son maître et ses yeux rencontrèrent les siens, où brûlé la colère comme l’interrogation. Il ouvrit la bouche, mais la referma sans dire un mot. La question demandé une réponse franche, se n’était pas une supplique ou un ordre, contrairement à l’ordinaire. Et aussi, contrairement à l’ordinaire, Kureno ne pouvait pas faire de nuance ou de demi réponse, seul "oui" ou "non" était dans ses possibilités. Lentement, très lentement, l’homme secoua la tête de droite à gauche.
Akito, soupirant : - Décidément, je ne comprend pas pourquoi tu est resté. Tu aurais dû partir. Depuis le début.
C’est parole furent un choque pour l’aîné, qui se contentât de regardé ailleurs. Il ne pouvait pas répondre, il ne pouvait pas lui dire que même si ce n’était pas de l’amour, Akito comptait pour lui, qu’en se souvenant de toute les fois où ils avaient rit ensemble, il ne pouvait pas l’abandonner, il ne pouvait pas lui dire tout ça. Encore une fois, il ne pouvait rien faire. Et il se retrouva, sans comprendre encore pourquoi, à regarder par la fenêtre, en attendant quelque chose dont il ignoré tout.

Forêt près de la maison de Shigure.
Yuki c’était un peu éloigné du sentier en espèrent arrivé à se calmé mieux ainsi. Il c’était énervait contre à peu près toute les personne de la maison, et même si cela ne paraissait pas être grand-chose, c’était très dérangent pour l’adolescent. Parce que il avait faillit se disputer avec tout le monde, y compris Tohru. Il avait défié Kyo devant la jeune fille et aurait bien pu continué en se battent contre lui, et tout ça pour une seul raison. Parce qu’il avait peur. Il avait peur de se perdre lui-même, il avait peur de perdre les choses qui constitué sa coquille, celle qui protégé son cœur. Il n’avait jamais aimait Kyo, il se battait même avec lui, c’était en soit un élément qu’il avait toujours conservait, c’était même rassurant de le haïre, en un sens.
Yuki, rageusement : *C’est si bête! Je fuis, ainsi! Il me faut avancé…_ Il s’arrêta et regarda le ciel._*… Et avancé encore. Je ne dois pas m’arrêter!
Il ferma les yeux, souriant un instant du vent qui joué sur ses joue, puis il essaya de définir une fois de plus se changement… Mais tout était normal. En lui, tout était devenu naturelle, comme si rien n’avait jamais changé. Mais le jeune homme savait bien qu’il n’en était rien, et un frisson le parcourut. En réalité… Le changement était maintenant en lui, et il y avait de forte chance pour qu’il ne trouve jamais de quoi il s’agissait. En rouvrant les yeux, ce fut comme si l’avenir se trouver devant lui, dans sa tête. L’avenir, demain, la réunion, Shigure, Tohru, Kyo… Akito. Un morceau de la discussion qu’il avait eu avec son cousin lui revint en mémoire :
« …Je ne sais rien de la réunion de demain, mais ensuite, je sais que je te battrais !! A plate couture !! » « Je suis le RAT, et tu est le CHAT. Et tant que ce sera comme ça, tu ne me battras jamais… »
Yuki : *Ah, vraiment ? Vraiment ?..._ Il regardait fixement un point dans le lointain, comme si une image net s’y trouvé._ *… Demain… Eh bien, nous verrons, cher ami!
Et il recommença à marcher, à la suite du futur, se souciant de moins en moins des branches qui lui fouetté les bras. Demain il aurait la réponse à ses interrogations. Dans une journée… Cela pouvait-il être aussi facile ?

Dans les alentours du pavillons de Hatori.
Le médecin regarda sa montre et soupira une énième fois. Mais, quoi qu’il en pense, il n’avait pas le choix, il fallait qu’il rende une fois de plus visite à son maître. L’états de sa jambe n’avait rien de rassurent, et la seul présence de Kureno à ses côté ne devait être bonne pour aucun des deux être, Hatori le savait très bien, et pourtant! Il aurait largement préférer rester chez lui, ou même devoir soigner le reste de la famille Soma au complet, cela aurait était plus simple et moins éprouvant pour ses nerf. Mais il n’avait pas le chois, n’est-ce pas ? Il s’avança donc d’un bon pas vers la maison d’Akito, en laissant ses pensait vagabonder. Le matin où Akito s’était libérais, il s’était immédiatement rendus compte de se qui se passait, car il ne se passait pas une journée sans que le souvenir de sa tendre Kana le hante. Mais cette fois-là, un nouveau sentiment était venu s’y mêler; de la colère contre Akito. Et comme il lui était impossible d’éprouver de la colère contre le dieu, la réponse lui était parut comme une évidence… La malédiction d’Akito c’était levé. Il avait également fait le rapprochement entre cette nouvelle sensation et celle qu’il avait éprouvé alors qu’il était adolescent. A cela, il avait conclut qu’un autre animal avait quitté son hôte à se moment, et, après élimination, seul Kureno était resté comme possible. Sa propre confession ne lui avait donc pas appris grand-chose, mais Hatori s’inquiétait cependant du sentiment de culpabilité qu’éprouvé les ex-maudit, surtout l’aînée.
Hatori : *Ça, c’est encore à cause de lui. Mais maintenant… Ça suffit comme ça. Il faut que je fasse quelque chose. Demain, j’irais lui mettre les points sur les "i" avant la réunion. Il n’y a pas d’heure fixait, de toute façon…
Une ombre passa au-dessus de sa tête, étrangement près d’ailleurs, interrompant ses pensés et lui faisant lever la tête. Là, il aperçus un moineau, un moineau comme tout se qu’il y avait de plus banale… Ou pas ?
Hatori, murmurant : - Toi aussi, tu lutte. Toi aussi, tu te bats pour quelque chose ou pour quelqu’un. Sait-tu donc une seul chose de se qui se passe ici, en dessous de toi ?...
Mais l’oiseau l’avait dépassé depuis longtemps, continuant sa route dans le ciel, sans se soucier des paroles de l’homme. Un petit sourire apparut sur les lèvres de Hatori, et il continua sa route, le cœur comme un peu plus léger, comme si il savait qu’il pouvait affronter Akito si l’oiseau était là. Un bien étrange sentiment qu’était celui-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indéterminée
Engloutisseur de mess
Engloutisseur de mess
avatar

Féminin Nombre de messages : 340
Age : 23
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   Lun 16 Juin - 16:02

Désoler pour le double-post!!

Si quelqu'un qui est ici lit ça, ça serais gentil de poster pour m'éviter le triple-post XD!! Même si vous n'avez rien à dire XD!! Merci ^^". C'est le dernier chapter sur cette maudite journée, je me sens donc joyeuse ^^ (Même si j'ai pas beaucoup de temps pour écrire...)!! Je commence le suivant... Cela me fait stressait que de me savoir si proche de la fin XD (C'est pas comme si j'étais une maudite, enfin XD!!)!! Mais bon, proche, proche, tout est relatif >>...
Passons au chapitre XD!
Chapitre 25 :

Des coups frappèrent à la porte, puis celle-ci s’ouvrit, laissant apparaître Hatori, impassible, comme à son habitude. Akito se redressa de l’épaule de Kureno et fixa le médecin.
Akito : *Qu’est-ce qu’il fait encore là, lui ?..._ Soupir. Hatori détourna les yeux de son maître et ils se posèrent sur la fenêtre ouverte.
Hatori, soupirant : *Ils sont fou ? Laissé la fenêtre grande ouverte alors qu’Akito est malade…
Il soupira à nouveau et alla fermer la fenêtre. Kureno eu comme un mouvement pour l’arrêter ou lui dire de ne pas faire ça, mais il se retint, aidé par la main de son maître qui c’était refermé avec force sur la sienne dés qu’il avait bougé. L’ex-maudit baissa la tête et revint à sa position initiale. C’était bien vrai. Il était impuissant. Une fois que le médecin eu fermé la source de courant d’air, il se retourna vers l’ancien dieu et commença à parler.
Hatori, calmement : - Je suis venu pour vous soigner… Il vaut mieux que votre jambe aille au mieux pour demain, car vous allez probablement devoir rester debout longtemps.
Akito eu un petit sourire. Un sourire qui, en toute autre occasion, aurait à peine valut la peine d’être mentionnait, mais, cette fois-ci, accompagné de la réponse de son maître, il fit frissonnait l’ex-maudit du coq tant cela lui paraissait maintenant ironique.
Akito : - Se serais préférable que j’aille au mieux, en effet…
Hatori eu un vague mouvement de tête affirmatif avant de venir vers les deux être qui c’était libéré, mais une fois à côté d’eux, voyant qu’il ne bougeait ni l’un ni l’autre, il reprit la parole.
Hatori, parlent à Akito de Kureno : - Il reste …?
Akito, fronçant les sourcils, fermant les yeux : - Oui, ça te pose un problème?!..._ Il rouvrit les yeux et regarda un instant son médecin qui avait l’air légèrement surpris et repris un peu plus calmement._ - Je veux qu’il reste. Cependant…_ Il tourna son regard vers son protecteur._ -… Kureno, éloigne-toi. Vas t’assoire là-bas!_ Fini-il en bougeant son bras en direction d’un fauteuil, presque au coin de la pièce, près de la fenêtre. Kureno hocha la tête et alla s’installait là ou son maître lui indiquait sans opposait de résistance, de toute façon, cela lui faisait du bien de s’éloigné un peu de l’envahissante affection de l’ancien Dieu. Il lui pesait de devoir rester à ses côtés, mais il lui pesait encore plus, à cet instant d’être si près de la fenêtre, et que celle-ci doivent être fermait. Sans qu’il ai réellement gardé des tendances claustrophobes, il préférais par habitude regarder par la fenêtre. Il commença tout d’abord à regarder Hatori prodiguer des soins à son cadet, mais se spectacle l’ennuya très vite, car il trouvait quelque chose d’incohérent à se qu’Akito accepte avec un petit sourire ses soin alors qu’il voulait mourir dés le lendemain. Kureno trouvait évident que le chef des Soma se moquait de son médecin sous cape, et il n’aimé vraiment pas ça, tellement qu’il détourna bien vite les yeux, pour se retrouver, en désespoir de cause, à regarder la fenêtre fermait. Mais aucun des deux autre occupant de la pièce ne s’en aperçus réellement, l’un soignant et l’autre regardant intensément le premier. La regard de son cadet, si insistant, posé fixement sur lui, le perturbait légèrement mais il parvins cependant à continuer sans broncher son travail un temps. Un temps, oui, mais il finit bien par lever la tête, même s’il masqua sa gêne par une phrase qui, à priori, ne contenait qu’une suggestion lié à son travail.
Hatori : - Que pensez-vous d’utiliser une béquille, demain à la réunion ?
Akito, fermant les yeux, irrité : - Me déplacer en béquille devant tout les maudits ? Tu es fou ?
Hatori : -Se serais mieux ainsi, croyait-moi. Vous pouvez vous déplacer, évidement, mais cela doit vous faire un mal atroce.
Akito, ouvrant les yeux : - Ça, c’est à moi de le voir et de décider!
Hatori : - Vous savez, il n’y à pas de honte à se déplacer en béquille. Les maudits ignore tout de se qui vous est arrivé. Pour eux, vous auriez tout aussi bien pu vous casser la jambe!_ Akito soupira avec exaspération.
Akito : - J’ai dit non, Hatori… Oh, et puis tu vas continuer avec ça, de toute manière! Je prendrais une béquille, très bien.
Hatori, un peu surpris qu’il ai cédé mais ne le montrant pas trop : - Très bien. Je vais vous l’apporter très bientôt.
Son maître leva les yeux au ciel puis détourna le regard, se qui le soulagea, plutôt. Il continua son travail, sans plus même une pensés pour cette fenêtre fermait, derrière laquelle, hors de la vu de tous, un moineau essayé vainement d’entrer.

Maison de Shigure.
Le maudit du Chien regardé distraitement la nuit tomber par la fenêtre quand de léger pas attirèrent son attention à l’intérieur. C’était Tohru, la mine inquiète, qui se diriger vers lui.
Tohru : - Il ne revint pas ?
Shigure, distrait : - Mmm ? Qui donc, Tohru-chan ?
Tohru : Eh bien, Yuki-kun! Il à dit qu’il rentrerait pour le dîner, mais il et presque près et il n’est pas rentré…
Shigure, souriant : - Ne t’inquiète pas, Tohru-chan… Laisse-lui encore un peu de temps! Dit-moi plutôt…_ Son sourire manipulateur reprit sa place sur son visage._ - … Je sais que tu as sommeille... Et que tu vas devoir te levait tôt demain… Mais se serais bien si tu restais debout plus tard que les autres…
Tohru, baissant le tête avec un air un peu troublait : - Aah, d’accord… Mais… N’es-ce pas mal de leurs mentir comme ça ?...
Shigure, mettant une de ses main derrière sa nuque : - Mal, à ça…_ *… Se n’est vraiment pas important…_ - … Je ne pense pas, Tohru-chan! Et puis, qu’elle autre moyens à-t-il pour que tu rencontre le chef de famille ?... Se n’est pas vraiment un gros mensonge!_ *Tout dépend toujours d’à quoi on le compare…
Tohru, encore plus troublait : - Très bien… Je vais le faire. Mais…
A se moment, le bruit de la porte qui s’ouvre interrompit leurs discussion, au soulagement habillement masqué de Shigure. Il sourit avec un mouvement de tête affirmatif quand la jeune fille l’interrogea du regard pour savoir si elle pouvait allez voir Yuki. Il la regarda partir.
Shigure : *Si c’est mal, hein ?... Bien sur que c’est mal! Et c’est à toi que ça va faire le plus de mal, ma petite Tohru-chan…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un fanfics, un vrais ^^   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un fanfics, un vrais ^^
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Comment savoir si ce sont de vrais papier lors d'un achat ?
» fluoro vs nylon classique
» Les RDV de la Taverne
» [SLeiBt] - faux Breton, vrai Lorrain
» Quel est(sont) votre(vos) exercice(s) préféré(s) ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fruits Basket in love Rpg... :: Flood et Délire :: Tout le hors RPG :: FanFic et Fanart-
Sauter vers: